top of page
Rechercher

De la méfiance à la confiance et à la performance

J’ai envie de vous parler de confiance. Par ce que ma conviction est celle d’Aristote « le tout est plus grand que la somme de ses parties ».


Et que les deux sujets prioritaires dans mon job sont la confiance et la performance. Les deux sont alimentés par l'inteligence émotionnelle d'ailleurs !


Et pourtant, en 100 millisecondes… ma première impression me dit si je lui fais confiance… ou pas ! Pareil pour vous ! Et si c'est non, ensuite, pour construire la confiance, vous pouvez y mettre des milliards de millisecondes, et de l’énergie à la même hauteur.


Alors la confiance, ce n’est pas annexe dans une équipe !


Ce n’est pas la cerise sur le gâteau ! 


La confiance c’est tout simplement essentiel. La Navy l’a bien compris, et c’est bien l’une des institutions les plus performantes au monde.


Alors on en parle quand de la confiance ? Et on en parle comment ?


Comme pour la relation entre la poule et l’œuf, on ne sait pas si c’est la confiance qui renforce la collaboration ou la collaboration qui renforce la confiance. Faut-il de l’intimité pour construire la confiance ? Et qu’en est-il de la légitimité ? Et ou se situe la confiance par rapport à la sécurité psychologique ? Peut-on atteindre des résultats sans confiance ? Et de quelle confiance parle-t-on ?


Ce sont des questions tellement intéressantes !


Si on n’en parle pas, on risque de passer à côté ! Si on n’en parle pas, on peut négliger un des ingrédients de la confiance… et faire retomber le soufflé, qui a été si long à monter.


Et quand on en parle, on peut mettre à plat des attentes, clarifier des besoins, mettre en place des règles de fonctionnement.


Nous, on en parle en séminaire de cohésion d’équipe. Évidemment ! Si on ne parle pas de confiance à ce moment-là… je ne vois pas quand on va en parler.


On ne construit pas la confiance si nos routes ne se croisent pas. On ne construit pas la confiance si on ne communique pas. Et peut-on construire la confiance chacun dans son coin ?  Ou si ! C’est peut-être possible. Les chercheurs qui travaillent sur la confiance évoquent une dimension rationnelle de la confiance « je pense que Pierre a les compétences pour faire ce travail »…. Je ne l’ai pas rencontré mais son CV me fait dire que…


Mais dans une équipe, cette confiance suffira t’elle s’il n’y a pas à côté une confiance plus émotionnelle : « je pense que Pierre fera ce travail tel que j’attend qu’il le fasse, parce qu’on bosse ensemble depuis longtemps, par ce que je compte sur lui, parce qu’on est dans la même équipe, par ce qu’on a des enjeux communs ».


Dans une équipe nous pouvons compter les uns sur les autres pour faire un travail de qualité… ou pas ! La confiance, un des axes de la sécurité psychologique identifiée par GOOGLE dans ses équipes performantes.


La confiance exclut-elle la méfiance ? On peut avoir confiance dans les êtres et être méfiant sur les process. La confiance n’est pas acquise à vie, elle s’entretient. Et si elle est fragilisée… on fait comment ?


J’aime travailler sur la confiance pour favoriser les prises de conscience ! J’aime travailler sur la confiance en médiation préventive, curative et encore plus en séminaire d’équipe. J'aime travailler la confiance en coaching.


Si ce sujet vous titille, parlons-en ! La confiance démarre par-là : crédibilité – fiabilité – intimité..et inversement proportionnelle à l’auto centrage. Ce n’est pas moi qui le dit.



16 vues0 commentaire

Comments


bottom of page